Appel à la solidarité avec le prisonnier politique tunisien Abderrahmane TLILI

A la suite d’un procès plus que douteux,  le président tunisien  ZINE ABIDINE BEN a jeté en prison Monsieur Abderrahamane TLILI,  son concurrent aux élections présidentielles.

Le crime de Monsieur Abderrahamane TLILI  est aux yeux de président Ben Ali est impardonnable : il a pris au sérieux ses droits politiques en se présentant aux élections présidentielles contre le chef de l’Etat en exercice.

Les accusations qui ont permis de condamner à la prison Monsieur Abderrahmane TlILI sont fallacieuses. En effet, s’il fallait mettre en prison tous les responsables tunisiens soupçonnés de mauvaise gestion ou d’acquisition de biens à l’étranger, la Tunisie, assisterait à un spectaculaire renouvellement de son personnel politique.

Toutes les données que nous possédons montrent d’une manière claire et sans aucune ambiguïté que les raisons de l’incarcération de Abderrahmane TlILI sont exclusivement politiques. Le reste n’a été qu’un prétexte.


Convaincus que Abderrahmane Tlili a été victime d’une manipulation politico-judiciaire dont nous avons patiemment rassemblés l’ensemble des éléments, et suite aux nouvelles à propos de la dégradation très préoccupante de sa santé en prison, nous appelons les autorités tunisiennes à :


- Libérer immédiatement Monsieur Abderrahmane TLILI
- Réviser son procès et reconnaître le caractère politique de    sa condamnation

Nous prions tous les ennemis de l’arbitraire et les amis de la liberté dans le monde de manifester leur soutien à Monsieur Abderrahmane TlILI en protestant auprès des autorités tunisiennes et en se mobilisant auprès des instances appropriées.


La libération de Monsieur Aderrahmane TlILI, sera sans aucun doute, un signe précieux pour tous les prisonniers politiques dans le monde.Nous sommes entièrement engagés, avec le soutien de très nombreuses organisations et personnalités à travers le monde, à maintenir la pression sur les autorités tunisiennes afin qu’elles mettent un terme à cette injustice.